Robot-journalisme, opportunité ou menace ?

Publié le 13 mars 2017 dans la rubrique Actualité du secteur

Un nouveau rapport montre les limites et les avantages du journalisme automatisé. Oui, oui, oui, vous avez bien lu : JOURNALISME AUTOMATISE.
Cette enquête a été menée par des chercheurs dirigés par le Professeur Neil Thurman de LMU de Munich et de la City University of London auprès de journalistes, rédacteurs en chef et dirigeants de média ayant eu une expérience pratique avec un logiciel d’écriture robotisé.

Le robot-journalisme : une aide économe pour des articles en manque de contexte et de créativité
Les journalistes questionnés sont d’avis pour dire que le robot journalisme peut potentiellement réduire les coûts et augmenter la vitesse et la spécificité d’un certain type de journalisme. Certains déclarent qu’il pourrait remplacer « les salariés touchant un salaire élevé » qui effectuent un « travail assez simpliste et prenant ». L’un d’entre eux l’envisage même dans tous les services, et un autre explique que l’automation serait utilisée pour les articles pour lesquels ils « n’ont pas les ressources nécessaires pour les couvrir manuellement ». Mais de quels articles, parlent-ils ? Pendant de cette vison, les interviewés déclarent que la dépendance du journalisme automatisé aux flux de données et la nécessité de programmer à l’avance des angles journalistiques signifient que les articles produits manquent de contexte et de créativité. Heureusement, dirons-nous ! Parlent-ils d’articles dits « sélection shopping », « brèves », « analyse de résultas des votes » … nul ne le dit ou n’ose le dire. Face à cela, ils sont bien sereins.

Et la raison d’être du journaliste dans tout cela !!!!
Les interviewés se déchirent. Un journaliste du The Sun a affirmé que cela pourrait permettre de « présenter les faits bruts » sans la « manipulation du journalisme humain » et que cela pourrait être « un assez bon outil pour la démocratie ». En face, un journaliste travaillant à la BBC s’est inquiété du fait que l’important volume de contenu qu’il est possible de produire avec l’automatisation pourrait faciliter l’influence d’individus ou d’organisations sur la ligne éditoriale ! Incroyablement d’actualité. Journalistes au bord de la crise de nerfs.

Le journalisme automatisé : un impact, quel impact ?
Des centaines de suppressions de postes au sein, pas exemple, de la seule agence de presse Thomson-Reuters.
Bonne nouvelle :
– ils reconnaissent que le robot-journalisme est limité dans sa capacité à fournir le contexte contemporain qui est essentiel à de nombreux reportages ;
– que cette technologie sera de plus en plus utilisée pour produire des rapports factuels simples ;
– que l’augmentation du volume d’informations résultant de l’autorisation va accroître le besoin de compétences humaines que les bons journalistes incarnent (jugement de l’information, curiosité et scepticisme).

Ouf, nous voilà rassurés ! Il y aura encore des embauches et de nouveaux journalistes pour collaborer avec nous…

* Rapport : When reporters get hands-on with robot-writing: Professionals consider automated journalim’s capabilities ans conséquences par les professeurs Neil Thurman (LMUMunich et City University of London), Konstantin Dörr (University of Zurich), Jessica Kunert (LMU University of Munich).