Parlerez-vous émoticônes avec les journalistes ?

Publié le 5 juin 2017 dans la rubrique Actualité du secteur

Sur les emails, les textos,les sms, … et autres moyens de communication, chacun écrit avec l’alphabet classique et depuis quelque temps avec le premier alphabet international qui a construit une nouvelle façon d’échanger. La question est de savoir si vous utilisez et utiliserez de plus en plus ce nouvel alphabet avec les journalistes.
La réponse semble être OUI à la lecture de l’étude exclusive FDJ/OpinionWay* sur l’utilisation des émitocônes par les Français. Vous savez, ces images représentant des émotions, des objets, des lieux, des pays, des animaux, des métiers, … et bien d’autres informations concrètes et abstraites.
 
Pour 76 % des Français, les émoticônes sont une forme de communication universelle
et 57 % d’entre eux estiment qu’il s’agit d’une forme de communication à part entière.
– 84 % des Français utilisent les émotiônes avec un pic chez les jeunes de moins de 35 ans (95 %) et les femmes (90 %).
– En moyenne, les Français utilisent 6 émoticônes par jour, 2 émoticônes par message et au total une gamme de 7 émiticônes différents.
– Les émoticônes les plus utilisés renvoient à des émotions positives : smiley souriant (46 %), clin d’oeil (46 %).
 
Les émoticônes : une partie intégrant de la communication au quotidien
Les émoticônes sont connus par 90 % des Français et 74 % d’entre eux seraient capables d’expliquer précisément de quoi il s’agit. Plus important : ils sont répandus dans toutes les strates de la société, dans les contextes aussi bien personnels (81 %)
que professionnels
(63 % en envoient à leurs collègues et même 16 % à leur hiérarchie).
 
Les émoticônes, pourquoi et pour quoi ?
En permettant aux Français de s’exprimer grâce à des images, des illustrations, les émoticônes constituent une nouvelle forme de communication fondée sur le digital. 75 % des Français estiment qu’il s’agit là d’une nouvelle forme de communication à part
entière (68 % chez les moins de 35 ans). Pour la majorité, les émoticônes servent à compléter le texte, à renforcer le propos, à souligner les sens (75 %).
 
Alors, n’hésitons plus à « émoticôner » nos échanges digitaux avec les journalistes sans jamais perdre la puissance et la force des mots !
 
*Etude réalisé en ligne du 1er au 3 février 2017 auprès d’un échantillon de 1015 personnes.